Articles

« L'état de l'esprit qui s'absorbe dans la saisie d'un objet intelligible... »

Hé oui ! La contemplation est une jouissance intellectuelle qui ne peut se passer de beauté et de vérité. C'est la perfection qui la réveille et l'exalte, avec ses harmonies, sa lumière, son unité !..

En apparence, L'écran est un site de cinéma comme les autres.
Ses abonnés ont accès aux fiches des films qui vont sortir ou sont sortis, ainsi qu'aux bandes-annonces, aux images...

Mais L'écran offre également quelques services inexistant sur les autres sites (faut-il attendre la fin du générique pour voir un bonus ?..)

Vous trouverez ci-dessous vos réponses au questionnaire envoyé début juillet 2014. Merci à tous pour votre participation !

Il y a, comme partout, au moins deux courants qui s'opposent à une culture cinématographique : les laxistes, qui ne voient dans le cinéma qu'un innocent divertissement et ne souhaitent pas se poser plus de questions, et les rigoristes, pour qui le cinéma est dangereux, condamnable et ne mérite donc presque aucune considération.

Les vampires, qui vivent la nuit, sucent le sang des gens, couchent dans un tombeau et volent des jeunes filles aux bons citoyens que nous sommes, ne sont pas des gens cools. Vous êtes d'accord ? Hé bien sachez que ce n'est pas l'avis de tout le monde !

Dans les autres médias, les pigistes sont les contributeurs occasionnels. À L'écran, c'est différent. Avant de devenir critique, les pigistes suivent une formation exigeante.

Cette formation leur apporte une triple compétence :
- savoir décrypter le langage cinématographique ;
- connaître et comprendre le métier de critique (une solide connaissance du cinéma et une plume alerte sont des conditions nécessaires mais non suffisantes pour exercer le métier de critique) ;
- connaître et savoir appliquer la philosophie réaliste au domaine très concret du cinéma.

La critique du film Dunkerque de Pauline Mille en fait une sorte de suppôt de la propagande britannique, et défendre celui-ci serait inévitablement se ranger parmi les « kollabos » pro-britanniques.

Au risque d’être victime d’un tel manichéisme, par cette intéressante dialectique trotskiste, je me risque à défendre tout de même l’œuvre du traître britannique Christopher Nolan.

Pages